Le Coup du Bocal

 

            « Tu veux que je te dise, Jo? Tu veux que je te dise le problème avec toi? Ton problème, c’est la réalité. Tu ne la vois pas. Pire, tu la nies, tu la boudes, tu lui tires la gueule. Voilà. Maintenant, pour le job, fais comme tu veux. Tu peux me tirer la tronche jusqu’à la fin du week-end pour le prix de ce que je viens de te dire… Moi, tu sais… Ta bite, ton père, ton boulot… Finalement, c’est ton business, pas le mien. Alors, va travailler chez les Libanais si tu penses que c’est mieux qu‘ailleurs. Tu me dis qu’il y a des filles et du fric à se faire? Bien. Tu me dis que tu pourras continuer à t’occuper de ton père? Bien.
Mais moi, j’en ai rencontré des Libanais à Saint-Gilles, figure-toi. C’étaient ces gars qui étaient parvenus à faire racheter ses propres chemises au directeur de la prison. Alors, je vais te mettre un avertissement par écrit, et je vais l’épingler au-dessus du bar pour que tu puisses t’en souvenir si des fois ça tournait mal, pour ne pas que tu prétendes que je ne t’avais rien dit. Lis ça, Jo. Et mémorise, ça peut servir. »

            Voilà pourquoi parmi les sous-bocks punaisés au-dessus du bar de Chelou, est affichée depuis peu cette sentence : « Tous les escrocs ne sont pas libanais, mais tous les Libanais sont des escrocs. »
Cette maxime n’a pas encore provoqué de bagarre au Magny-court, juste quelques questions auxquelles il n’est pas facile de répondre en deux mots.
Mais chez Chelou, on entre quand on a du temps devant soi parce qu’on n’est jamais certain de pouvoir repartir rapidement.

 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123website.be
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

26.05 | 11:15

Merci pour ta visite, mon Jacky!
Bises à toi.

...
26.05 | 01:34

Super cousine , Madame Nature

...
26.05 | 01:04

Merci Marianne!

...
26.05 | 00:43

C'est très beau

...
Vous aimez cette page